Le trésor de Grand-Pa' Agrandir

Le trésor de Grand-Pa'

Alex et Annie Murat.

Roman illustré pour les enfants à partir de 9 ans. Format 15x21. Dos carré collé.Couverture cartonnée. 80 pages.

ISBN 978-2-918838-35-7

Pour lire un extrait, cliquez sur" voir le produit"

Plus de détails

roman 9 - 12 ans

Disponibilité : en stock

15,00 €

Le rucher est situé à l’écart du village, tout contre la forêt de sapins. Pour s’y rendre, il faut quitter la route et s’engager sur un sentier tout juste assez large pour marcher à deux de front.

- C’est encore loin ? avait demandé Maruschka ; et ton grand-père, comment il fait pour transporter sa récolte de miel ? Sur son dos ?

– Non, il a une remorque derrière sa mobylette. Oh, tu sais, il n’y a que six ruches, et encore, certaines années, elles ne sont pas toutes habitées.

         Au bout du sentier, derrière une haie, était apparu un toit de tuiles.

         – C’est là.

Au fond du pré, il y avait un chalet de bois adossé à la forêt, face au sud. C’était un curieux bâtiment tout en longueur, avec une porte sur le côté. Pas de fenêtre ; juste un petit volet clos, en haut, sous le toit.

– Elles sont là-dedans ? Et elles sor-tent comment ?

– Par devant. Regarde, sur la façade, il y a une fente dans le bois. Les ruches sont juste derrière. Les trous de vol sont face à la fente.

Ils avaient traversé le pré. Un nuage d’abeilles dansait devant le chalet.

– Viens, avait dit Stéphane, il faut passer sur le côté, sinon on va se faire pi-quer.

– Mais non !

- Je t’assure continuait le garçon d’une voix mal assurée, c’est dangereux de se mettre devant, surtout au bout.

– Pourquoi au bout tout particulièrement ?

– C’est là qu’est la ruche rouge.

– Ah, et alors ?

– Elle est méchante.

– Vraiment ? Ne me dis pas que tu as peur !

Maruschka s’était approchée tout contre l’angle du chalet. Devant elle, le flot de butineuses s’engouffrait par la fente ; six fleuves paisibles formés de milliers de points qui brillaient dans le soleil. Quel calme, quelle harmonie ! Il y avait celles qui sortaient pour aller chercher des provisions, si rapides qu’on avait à peine le temps de les voir s’envoler, et celles qui rentraient, lourdes de butin, le jabot plein du nectar des fleurs, ou d’eau, deux pelotes de pollen accrochées au pattes. Il y avait aussi les nettoyeuses qui évacuaient les déchets, les larves mortes, la vieille cire ; celles-là décollaient pesamment avec leur fardeau entre les pattes de devant et le lâchaient en plein vol, loin de la ruche. Plus propre que les abeilles, il n’y a pas. Leur maison est toujours impeccable. Et ça sent si bon. Maruschka aime respirer l’odeur enivrante de cire, de miel et de propolis, cette matière poisseuse qu’elles prélèvent sur les bourgeons et qui leur sert de colle, de ciment pour consolider leurs rayons, pour boucher les trous ; en plus, c’est un médicament contre les infections !

Maruschka s’était avancée encore un peu. Les abeilles rentraient tout près de son visage. Elle serait restée là des heures à les observer, à les écouter aussi. Il faisait chaud. Les ventileuses étaient à l’ouvrage pour rafraîchir l’intérieur de leur maison ; alignées sur la planche de vol à l’entrée de la ruche, elles battaient des ailes à une telle vitesse que la petite fille ne distinguait qu’un brouillard. Quelques gardiennes patrouillaient ; elles rentraient, sortaient, nerveuses, agitées. Soudain, Maruscka avait ressenti une vive douleur au bras. Une guerrière venait de la piquer. Premier avertissement. Cela voulait dire :

« Tu es trop près de notre maison, tu nous gênes, laisse-nous travailler en paix ! ».

Cela voulait dire aussi :

« Va-t’en, ou bien ça va aller mal pour toi ! »

Il ne fallait pas insister. Très calme, Maruschka avait ôté le dard en grattant avec son ongle, pour ne pas injecter le reste du venin dans sa peau. Là-bas, dans son pays, les abeilles étaient pacifiques. On pouvait même ouvrir les ruches sans les enfumer au préalable. Celles-ci semblaient plus agressives.

« Il faudra donc prendre quelques précautions dorénavant. »

Donner votre avis

Le trésor de Grand-Pa'

Le trésor de Grand-Pa'

Alex et Annie Murat.

Roman illustré pour les enfants à partir de 9 ans. Format 15x21. Dos carré collé.Couverture cartonnée. 80 pages.

ISBN 978-2-918838-35-7

Pour lire un extrait, cliquez sur" voir le produit"

Donner votre avis